Endométriose

Endométriose, Estelle Varnier à Rouen

La douleur du corps est l'exact reflet de la souffrance de l'âme

Dr Philippe DRANSART

Généralités sur l'endométriose

Cataloguée de maladie « incurable », l'endométriose affecte la vie de nombreuses femmes avec un impact plus ou moins important selon le stade.

Il aura fallu, la plupart du temps, des années d'errance avant que le(s) médecin(s) entende(nt) la souffrance de leur patiente et que le diagnostic soit posé.

Le recours à la chirurgie s'avère quelquefois nécessaire et non sans risques ; les traitements hormonaux peuvent se révéler difficiles à supporter et leur incidence sur la santé est loin d'être anodine! La récurrence de l'une et la multiplication d'essais successifs de l'autre peuvent, à la longue, épuiser et engendrer du découragement. C'est un parcours de longue haleine qui semble interminable à la femme, d'autant plus quand la maladie est apparue tôt dans sa vie.

Le parcours des femmes atteintes d'endométriose se heurte souvent à de l'incompréhension de la part des médecins. Elles ne se sentent pas reconnues ni considérées dans leur souffrance, physique tout d'abord.

Une sorte de condamnation tombe avec ce mot « incurable », rajoutant une souffrance psychologique à celle déjà existante. Cependant, toute maladie qui a pu s'installer peut aussi régresser à partir du moment où le message qu'elle est venue délivrer est entendu.

Que la maladie soit au stade 2, 3 ou 4, qu'il y ait chirurgie et/ou prise hormonale, il est important de s'interroger sur le sens de cette maladie dans votre vie.

Ce que je vous propose

L'accompagnement que je pratique, sur Rouen, repose sur une démarche psycho-corporelle dans un cadre de musicothérapie afin d'écouter le corps souffrant, d'explorer la résonance de cette pathologie dans votre vie de femme à l'échelle individuelle, familiale, transgénérationnelle et peut-être même dans l'inconscient collectif. Comment la féminité est-elle accueillie, considérée et vécue dans l'entourage, dans la famille? Comment l'était-elle chez les ancêtres? Quels traumatismes ont pu atteindre l'image de la femme?

La musicothérapie permet la connexion à des émotions présentes ou refoulées, elle vous aide à ressentir ce que l'endométriose révèle dans ce qui a été emprisonné à cause de non-dits, de croyances, d'héritage transgénérationnel et qui vous affecte particulièrement.

À travers la thérapie, il s'agit de connecter des mémoires – conscientes ou inconscientes - qui affectent la femme dans tout ce qui lui est propre et de pouvoir les transmuter.

Je vous invite à une certaine compréhension de ce qui se passe dans votre vie. Je vous accompagne pour trouver quelle(s) situation(s) à résonance émotionnelle particulièrement forte a (ont) pu enclencher le processus de la maladie.

À l'aide d'outils psycho-corporels, vous pourrez vous relier au message que votre corps tente de vous délivrer, le comprendre et y répondre dans une perspective d'amélioration, voire de guérison.

La thérapie que nous mettrons en place est une invitation à accueillir ce qui est, tout d'abord, pour reconnaître l'endométriose et pouvoir, dans un deuxième temps, apporter les changements nécessaires à une voie d'amélioration progressive.

Infertilité

Lorsqu'un désir d'enfant se fait attendre, lorsqu'il n'est plus possible peut-être de le réaliser, comment accueillir cette absence temporaire ou ce "deuil"? Là encore, l'accompagnement de l'endométriose se révèle précieux afin de ne pas rajouter plus de poids à ce qui est déjà lourd à porter. Cheminer vers d'autres possibilités, trouver un épanouissement à un autre niveau que celui de la maternité, rencontrer son potentiel de créativité et devenir féconde autrement, sont autant de pages à entrouvrir et à explorer.

Les femmes qui souffrent d'infertilité due à l'endométriose peuvent également saisir, par ce travail sur elles-mêmes, ce qui empêche, pour l'instant, l'aboutissement de leur désir. L'inconscient est très habile pour créer des résistances et court-circuiter les souhaits, aussi profonds soient-ils!

Maladie invalidante

Douleurs invalidantes lors des règles, atteintes de différents organes dont le système reproducteur, le système digestif, la sphère urinaire..., sexualité difficile et rapports douloureux, infertilité... L'endométriose peut envahir toute l'existence de la personne affectée.

Quand la vie perd sa saveur, que l'endométriose "casse" l'amour, que le conjoint n'est plus soutenant parce que la maladie dure et que cela le dépasse, qu'il désire, lui aussi un enfant, que les relations sexuelles deviennent trop douloureuses, alors il est grand temps de s'occuper de soi et de comprendre ce qui se passe réellement à travers cette pathologie.

Il vous appartient de refuser de mettre votre vie entre parenthèses à cause de l'endométriose.

Maladie "incurable", vraiment??

L'endométriose garde ses mystères mais la réponse à donner à l'endométriose est en vous, la source de guérison également. N'acceptez plus cette condamnation liée à ce qui vous apparaît comme une fatalité. Le premier pas consiste donc à sortir de la croyance que cette maladie ne peut se guérir ; c'est la clé pour ouvrir la porte à des changements au niveau de votre santé et bien au-delà sans doute... Initiez le mouvement et les choses bougeront!

 

Alors n'attendez plus, si vous habitez Rouen, Bois-Guillaume, Mont Saint-Aignan, Bihorel, Deville-les-Rouen, Notre-Dame-de-Bondeville, Le Houlme, Malaunay, Maromme, Sotteville-les-Rouen, Petit-Quevilly, Grand-Quevilly, Bonsecours, Darnétal, Mesnil-Esnard... Estelle Varnier est là pour vous aider à cheminer à travers cette pathologie afin que l'endométriose ne soit plus une fatalité!

Questions et réponses sur l'endométriose

Est-ce normal de souffrir pendant ses règles?

Non. En dehors de tiraillements passagers dans le bas-ventre dus aux contractions utérines, la douleur qui s'installe lors des menstruations n'est pas "normale". Si elle augmente de mois en mois, d'année en année; si elle envahit d'autres zones que celle pelvienne; si manger, boire ou même respirer devient douloureux, il est urgent de consulter un spécialiste qui prescrira des examens.

Quel(s) examen(s) pratiquer?

Dans un premier temps, c'est très souvent l'échographie pelvienne qui est pratiquée mais seule l'IRM permet de voir l'étendue de la maladie sur les différents organes et de mesurer le stade. Attention cependant, l'IRM ne dit pas tout et c'est à l'intervention chirurgicale que la réalité peut être établie.

Pourquoi parle t-on d'exérèse partielle ou totale?

Lors de l'intervention chirurgicale, le praticien va, entre autres, retirer les endométriomes et les adhérences qui se sont développés sur les organes. Selon l'emplacement des uns et des autres, il est possible de faire une exérèse totale ou alors, les risques d'endommager l'organe ou les tissus est trop importante et le chirurgien choisit une exérèse partielle. C'est un équilibre à trouver entre l'efficacité de l'opération et la prise de risques mesurés.

L'opération guérit-elle?

Difficile de répondre par une généralité... mais très souvent, non. Tout dépend de l'atteinte de la femme, de ce qui sera pratiqué et du souhait de la patiente aussi.

Selon son âge, si elle souhaite avoir des enfants, le chirurgien fera tout pour conserver l'utérus, les ovaires ainsi que les trompes. Il faut savoir qu'une hystérectomie est loin d'être un geste anodin; elle a des répercussions sur l'anatomie et une incidence sur les organes voisins. Si les ovaires sont retirés, il n'y aura plus de production hormonale; hormones qui protègent la femme d'un certain nombre de problèmes potentiels. Tout cela est à réfléchir avant de prendre la décision radicale de l'hystérectomie ou de l'ablation des ovaires.

Si l'utérus et les ovaires sont conservés, il sera, la plupart du temps, demandé (plus que "proposé"...) à la patiente de prendre un traitement hormonal.

Le traitement hormonal est-il sans danger? Peut-on guérir grâce aux hormones?

ntSelon le stade de la maladie, il sera préconisé de prendre une pilule, ou de mettre un anneau vaginal, ou autre système, en continu de façon à ce qu'il n'y ait plus de règles. Ces traitements ne sont pas des hormones naturelles mais des hormones de synthèse, c'est-à-dire différentes de ce que votre corps produit d'habitude. Simplement, il va quand-même reconnaître leur présence et envoyer un message au cerveau mais c'est un leurre. C'est comme quand vous absorbez de l'aspartame à la place du sucre... le cerveau est leurré mais pas le corps... il a sa propre intelligence, il ne faudrait pas l'oublier!

Le taux de ces hormones délivrées est très souvent plus élevé que celles que le corps produit d'habitude. Quelles conséquences à long terme? Le nombre explosif de cancers du sein ne serait-il pas en lien avec la prise de pilule pendant des années?... Peut-être, peut-être pas, mais la question se pose. Alors prendre un traitement hormonal en continu n'est pas anodin. Certaines personnes ne le supportent pas: changement de l'humeur, mal dans leur corps, prise de poids, sensation de ne plus être la même. 

Ce n'est pas une guérison, on emprisonne le problème.

Supprimer les menstruations a d'autres conséquences: cet écoulement sanguin contient des impuretés et des toxines, c'est un vrai nettoyage qui se produit chaque mois! L'empêcher revient donc à conserver tout cela... Les menstruations seraient l'explication de la longévité des femmes par rapport aux hommes.

Alors, quelle alternative?

C'est à chacune de trouver ce qui lui convient, de prendre le temps de choisir sans dire "amen" à tout, de réfléchir au respect de son corps et de tout son être. Rien n'est à exclure, tout est à considérer pour le mieux-être et l'avancée sur son chemin de vie, que j'aime appeler "chemin d'âme".

PRATIQUES

ESTELLE VARNIER À ROUEN

Accord'âges

24 Chemin de Clères
Résidence Les Oiseliers
76230 Bois-Guillaume

DERNIER TÉMOIGNAGE

"Tourner la page du cancer"

Par Hélène

Bonjour Mme Varnier Mme Varnier Je suis actuellement en train de faire le point sur mon parcours de soins post-cancer et je vous reste très reconnaissante de l'aide que vous m'avez apportée lors de toutes ces séances . Il est vrai qu'il y a vraiment eu un avant et un après. La musicothérapie, du moins telle que vous la pratiquez, est vraiment un puissant vecteur de guérison et de résilience

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.